Chefs-d'oeuvre

On peine à faire le tour de toutes les pièces maîtresses de la collection de bibliophile d'Aumale. Manuscrits uniques et inestimables, incunables précieux, pièces d'archives, cartes, plans, reliures richement décorées, le duc s'attachait, dans ses achats, à n'acquérir que le plus beau et le plus précieux. Lorsque passait en vente un exemplaire plus remarquable que celui qu'il possédait, il n'hésitait pas à réformer l'ancien et ajouter le nouveau à sa collection. Même lors de ses exils successifs, Aumale restait en contact avec le monde des salles de vente grâce à différents acheteurs, qui lui transmettait les catalogues, qu'il leur retournait annoté. La Bibliothèque conserve ces catalogues, ce qui permet de comprendre un peu plus la politique d'acquisition du duc. Et l'on trouve parfois, au détour d'un catalogue la mention : "A acheter à n'importe quel prix." On trouve aussi dans ses catalogues tous les prix de vente reportés. Cela permettait à Aumale, ainsi qu'à nous aujourd'hui, de se tenir informé de l'état du marché du livre au XIXe siècle, époque formidable pour un bibliophile tel qu'Aumale, qui avait la culture et l'argent pour constituer la plus belle des collections.