Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart (Salzbourg, 1756-Vienne, 1791) jouant à Paris avec son père Jean-Georg-Léopold et sa sœur Maria-Anna

Mozart enfant jouant du piano - Carmontelle © RMN
1763 ou 1764 - Louis Carrogis dit Carmontelle - (Paris, 1717-Paris, 1806)
Mozart enfant jouant du piano - Carmontelle © RMN

Fils d’un cordonnier d’origine ariégeoise, topographe, dessinateur, auteur dramatique et architecte paysagiste, créateur du Parc Monceau à Paris, Carmontelle était le grand ordonnateur des fêtes du duc d’Orléans, célèbre pour ses portraits des personnalités parisiennes de la seconde moitié du XVIIIe siècle comme pour ses petites comédies improvisées appelées Proverbes. Il mit au point le « transparent », sorte de précurseur de la lanterne magique : ces grands dessins, mesurant plusieurs dizaines de mètres de long au moyen de feuilles collées bout à bout, se déroulent sur leur axe, permettant de découvrir des paysages champêtres. Le Baron Grimm, ami de Diderot et d’Alembert, qui posa lui-même pour Carmontelle en 1769, évoque son recueil de portraits dessinés au crayon et coloriés à l’aquarelle et à la gouache. Le musée Condé en conserve 484, acquis par le duc d’Aumale au XIXe siècle.
 

Le portrait de Mozart enfant a été exécuté lors du grand périple qui permit aux Mozart de jouer de 1763 à 1766 dans les plus grandes villes d’Europe (Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Angleterre, Suisse). Ce long voyage permit au jeune prodige de découvrir des courants musicaux nouveaux (c’est à Paris que Mozart rencontra le compositeur et claveciniste Johann Schobert, au service du prince de Conti).