La Chapelle

Chapelle © Béatrice Lécuyer-Bibal
La chapelle du château, dédiée à saint Louis dont la statue par Marqueste surmonte la façade extérieure, fut construite en 1882 par l'architecte Honoré Daumet sur la demande du duc d'Aumale, à peu près à l'endroit où se dressait l'ancienne chapelle avant la Révolution. Son architecture s'inspire de celle du château d'Ecouen, construit par Jean Bullant au XVIe siècle pour le Connétable Anne de Montmorency, et dont elle abrite de nombreux vestiges comme l'autel attribué au sculpteur Jean Goujon, les lambris en marqueterie et les deux verrières. Les vitraux, datés de 1544, qui se font face, représentent du côté gauche les fils du Connétable Anne de Montmorency protégés par saint Jean, et du côté droit les filles du Connétable et son épouse Madeleine de Savoie, présentées par sainte Agathe.
Chapelle©Marina Rouyer

Le monument à la mémoire du prince Henri II de Bourbon-Condé fut élevé à Paris dans l’église Saint-Paul-Saint-Louis, église des Jésuites de la rue Saint-Antoine (aujourd'hui église Saint-Paul), par Jean Perrault. Ce prince, père du Grand Condé, avait souhaité que son coeur restât aux côtés de son souverain le roi Louis XIII. Les six figures et les bas-reliefs de bronze commandées en 1648 par le Grand Condé après la mort de son père en 1646 au sculpteur Jacques Sarazin (1592-1660), sont la Religion, accompagnée d’un enfant en pleurs et d’une cigogne et tenant un coeur, la Prudence, en Minerve, à la main une lance où s’enroule un serpent, recevant un coeur d’un enfant symbolisant l’amour divin, la Piété, priant mains croisées sur la poitrine, avec un pélican à ses pieds, la Justice, avec l’épée et les plateaux de la balance, un enfant présentant un bouclier armorié, et enfin un enfant présentant une épitaphe. En 1659, un nouveau marché fut passé pour quatorze bas-reliefs. Les quatre plus grands bas-reliefs évoquent en une longue procession les Triomphes de la Mort, du Temps, de la Renommée, et de l’Eternité.

Au centre, l’urne où les coeurs des princes de la maison de Condé sont venus rejoindre celui du prince Henri II (selon une coutume médiévale, les coeurs étaient conservés en un lieu différent des corps : les corps des Condé étaient déposés dans l’église de Vallery en Bourgogne, près de Sens), d'où le nom de chapelle des Coeurs des Condé donné à ce monument. 

Sauvé de la fonte en 1791 par Alexandre Lenoir, fondateur du musée des Monuments Français, le monument fut rendu aux Condé en 1816 et installé par le duc d’Aumale dans la chapelle du château en 1885.  Le dernier coeur est celui du fils aîné du duc d'Aumale, Louis d’Orléans, prince de Condé, qui mourut à vingt-et-un ans à Sydney en 1866.

Chapelle-Arc Triomphal-©RMN
Chapelle©Musee Conde
Chapelle boiseries©Musee Conde
Chapelle bas-relief représentant le Sacrifice d'Isaac-Jean Goujon©Marina-Rouyer
Chapelle-sculpture Jacques Sarrazin©Marina-Rouyer